produit de la ferme

L'élevage

Elvage de volaille

L'ELEVAGE :

 

L' élevage est sans conteste le point le plus important. De cette étape va dépendre , en grande partie, la qualité du produit. Lorsque le poulet ou la pintade se trouvent sur votre table, il aura fallu entre 15 et 16 semaines d' élevage.

 

Les étapes :

 

* Le poussin :

   Lorsqu' il éclot, le poussin est autonome dès le premier jour. Cependant, son duvet ne lui permet pas de résister au froid. Il faut donc chauffer les batiments et obtenir une température ambiante d' environ 30°C.

 

* 5 à 6 semaines :

   La volaille s' est suffisamment emplumée, elle est capable de résister aux conditions climatiques. C'est à partir de ce moment que l' on ouvre les trappes et qu' elles vont pouvoir gambader dans l'herbe.

 

* 15 à 16 semaines :

   Il s' agit d'une moyenne, car en aucun cas, la volaille est abattue parce qu' elle a tteint x jour. En effet, comme pour l' être humain, chaque individu est différent, et donc, certaines volailles sont prêtes à être consomméesà 13 ou 14 semaines et d' autres ( surtout les femelles) devront attendre 15 / 16 voir 17 semaines.

 

Pour bien élever la volaille, trois critères sont importants:

 

- LES BATIMENTS :

  Ceux-ci doivent être bien aérés mais sans courant d' air, avec un paillage régulier afin d'obtenir une litière sèche mais souple.

  A la ferme de Keryvon, pas de "programme lumière". En effet, afin d' obtenir une croissance plus rapide les batiments sont éclairés la nuit pour que la volaille puisse manger et boire. A la ferme de Keryvon, la nuit, la volaille dort. D' où une croissance plus lente, mais à mon sens, une chair plus savoureuse et plus naturelle.

 

- LA CONCENTRATION :

  Pour une volaille "standard", on retrouve entre 20 et 25 poulets sur 1m2 dans les poulaillers.

  Pour une volaille fermière, il y a environ 11 poulets au m2.

  A Keryvon, après plusieurs essais, je me stabilise à 8 volailles au m2.

 

- LES PARCOURS HERBEUX :

  La volaille aime la chaleur mais supporte difficilement le soleil.

  Il faut donc des parcours bien enherbés et ombragés. Chaque volaille dispose d' environ 3 à 5 m2 pour s' ébattre.

 

 

Nos volailles ne sont pas "bio". Pour pouvoir obtenir ce label, il faudrait ne plus désherber mes céréales et mon maïs. C 'est un pas que je n' ai pas voulu franchir, car, dans ce cas, les rendements seraient beaucoup plus faibles et donc, il faudrait plus d' hectares, ce qui remonterait le prix de vente de la volaille à 11 ou 12 euros le kilo contre 7,50 euros aujourd' hui.

En ce qui concerne les maladies, comme tout être vivant, il arrive aux volailles d' être malade. Cependant, hormis une vaccination faite à l' âge de 1 jour, je n' ai pas fourni le moindre médicament, ni antibiotique depuis plus de 8 ans et ceci grâce à une vigilance accrue et à tous les critères décrits ci-dessus.